mercredi 7 décembre 2016

Dr. Sara Davidson - 7 décembre, 2016

Cette semaine Dr. Sara Davidson avait mené le cours.  Elle nous a offert plusieurs recommandations pour travailler respectueusement avec les communautés autochtones.  J'ai trouvé ce cours vraiment pertinent particulièrement en considérant que nous serons tout seuls l'année prochaine en intégrant les perspectives et le contenu autochtone dans notre enseignement.  Je n'ai jamais su qu'il y avait tellement de procédures et protocoles en engageant avec une invité autochtone, surtout quand l'invité est un ancien ou un gardien de savoirs.  Je suis reconnaissant de cette possibilité d'avoir écouté aux conseils de Dr. Davidson.

mercredi 30 novembre 2016

Looking, listening, doing - 30 septembre, 2016

Tawnshi (bonjour en michif),

La thème cette semaine était la langue. Les langues autochtones sont liées directement aux savoirs et aux modes de vie traditionnels d'autochtones.  Les pensées autochtones sont encodées dans les langues et transmissent les visions de monde selon les communautés autochtones.  Par example, Dr Hare nous avons enseigné que souvent les langues autochtones sont fondées dans l'usage des verbes, que souvent il n'y a pas une traduction directe parce que la construction des phrases ne sont pas le même.  Toutefois, parce que les langes sont si verbe-orienté, si nous, comme enseignants, pouvons apprendre quelques commandes verbaux dans la langue du peuple ancestral où notre école est située, ceci est une manière toute simple de valider et confirmer cette langue.  Ceci est quelque chose que je vais employer dans ma salle de classe comme une enseignante-allié

mercredi 23 novembre 2016

Les deuxièmes nations - 23 novembre, 2016

Gilakas'la (bienvenue dans la langue des peuples 'Namgis),

Nous avons eu un invité cette semaine.  Kaleb Child est le directeur adjoint de l'éducation autochtone au conseil scolaire à Victoria. Pendant son discours il nous a offert plusieurs ressources qui est vraiment apprécié, particulièrement parce que nous sommes tous des enseignants débutants. Toutefois, ce qui m'a vraiment frappé est son usage de la terme "deuxièmes nations" pour décrire les canadiens-colons.  Ceci est une terme que je vais utiliser dans ma salle de classe.  Je pense que deuxième nations est une terme fondée dans la vérité et la reconciliation et de plus est une terme que les élèves comprendront en discutant-en.

mercredi 16 novembre 2016

Mini-biographie : Tanya Tagaq

Tanya Tagaq est une chanteuse de gorge, une musicienne expérimentale, et un peintre.  Née le 5 mai, 1975 à Cambridge Bay, ou Iqualuktuutiaq en Inuktitut, au Nunavut, Tanya Tagaq est une artiste qui intègre le chant guttural inuit, ou la katajjiq, avec la musique électronique, classique, punk et rock. 

Une diplômée de l’université Nova Scotia College of Art and Design, Tagaq a développé sa propre forme du chant guttural.  Traditionnellement, le chant guttural inuit est performé en duo par les femmes et il est une forme de spectacle où les chanteuses essaient de se durer plus longtemps que l’un l’autre.  Par contre, Tanya Tagaq performe en solo ou en collaboration avec les chanteurs qui n’interprètent pas le chant de gorge.  Notamment, Tagaq a collaboré avec chanteuse islandaise Björk.  Plus récemment elle a sorti une reprise de Rape Me par le groupe de grunge, Nirvana.

Une gagnante d'un prix Juno, d'un Canadian Aboriginal Music Award, et d'un Prix de musique Polaris – où elle a gagné contre les musiciens Drake et Arcade Fire – la musique de Tagaq sert à rendre la culture inuite à la 21ième siècle.  Toutefois, elle attribue la value et la nécessité sur les traditions inuites et sa musique essaie de combler le vide entre ses traditions et la musique contemporain.

video
Tanya Tagaq performe Uja et Umingmak à Polaris Music Prize (2014)
                                                                                           
Un survivant d’un pensionnat résidentiel, Tagaq a enduré et a surmonté l’agression sexuelle, la toxicomanie et une tentative de suicide.  Ainsi qu’une artiste, Tagaq est aussi une activiste.  Elle se fait entendre sur plusieurs causes telles que l’identité inuite, la chasse aux phoques et le sexisme et racisme qui est courant dans le média et l’industrie musicale. Depuis 2004, elle a sorti cinq albums et chacun parle des causes qui sont pertinentes à elle. Son dernier album, Retribution, qui a été sorti le 21 octobre 2016 discute de la viole : "Rape of women, rape of the land, rape of children, despoiling of traditional lands without consent. Enough is enough. That's why the album is called Retribution."                                                                                                     
video
Retribution, sorti le 3 novembre, 2016

"I am an Inuk woman, I think about what could be improved for my own daughter, my race.  And that translates all the way up and back down into everything I do."





_____________________________________________________________________________________________________________________________
sources:
http://www.cbc.ca/radio/unreserved/creativity-that-challenges-the-status-quo-as-it-changes-the-landscape-1.3774044/tanya-tagaq-seeks-retribution-with-new-album-1.3775135
http://tanyatagaq.com
http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/tanya-tagaq/
https://www.youtube.com/watch?v=FcOYx4_72Zo




Les traditions de la narration orale - 16 novembre, 2016

Ullukuut (bonne après-midi en inuktitut),

Cette semaine nous avons discuté de la narration orale autochtone et comment ses traditions là sont une manière dont les enfants sont socialisés dans la littérature. Les enfants autochtones ont, traditionnellement, une expérience différente avec les histoires.  La narration orale est une tradition fondée dans le communauté d'où elle vient. Toutefois, il y a plusieurs caractéristiques dans la narration orale qui sont souvent pareilles à travers les peuples autochtones, tels que la répétition artistique, les histoires à l'intérieur des histoires et des thèmes communes.

Nous avons aussi discuté de la responsabilité qui vient avec la narration de ses histoires. Comme enseignants nous devons souvenir que la connaissance est sacrée et nous n'avons pas le droit de raconter n'importe quelle histoire. C'est à nous de faire nos devoirs et de partager des narrations publiques pour bien intégrer des perspectives autochtones dans notre enseignement de la littérature.

mercredi 26 octobre 2016

'Indigènize' la culture de nos écoles - 26 octobre, 2016

'Uy' skweyul (bonjour en Hul'q'umi'num - une langue des peuples Coast Salish),

Cette semaine nous avons eu deux invités à notre cours : M. Brad Baker, directeur de l'éducation autochtone à Vancouver Nord, et M. Robert Smyth, directeur de l'école élémentaire Eastview.  Ils ont présenté comment intégrer les perspectives autochtones dans les écoles et ils ont souligné l'importance d'une éducation visée sur ces perspectives.  J'ai beaucoup profité de la présentation de Robert Smyth - il dirige une école qui est ancrée dans l'éducation autochtone.  Ce qui est extraordinaire est que son école à seulement cinq élèves qui identifient comme autochtone mais il est, toutefois, investi à 'indigènizer' la culture de son école. Ceci vraiment renforce la notion que l'éducation autochtone est pour tout le monde - un rôle que je suis dédiée à prendre dans la salle de classe comme enseignante.